Rechercher
  • CertiFence team

Une frappe laser détruit un drone en plein vol à Biscarosse

Source: HASSAN MEDDAH - link


Arianegroupe et la PME orléanaise Cilas ont testé avec succès un système d’arme laser capable de détruire des drones en plein vol évoluant jusqu’à 50 km/heure et à 1 km de distance.

Une frappe laser détruit un drone en plein vol, un autre et encore un autre… C’était mi-octobre, au centre d’essais de la DGA (Direction générale de l’armement) à Biscarrosse dans les Landes. "Il s’agit de la première fois en France qu’un drone en vol est détruit par un laser", soulignent les deux industriels partenaires : ArianeGroup, le maître d’œuvre industriel des fusées Ariane et sa filiale Cilas, spécialisée dans les lasers militaires.


La manœuvre s’est déroulée sous la surveillance de la DGA et de l’Agence de l’innovation de Défense (AID), hautement intéressées par l’exploitation de cette nouvelle technologie. Les premiers détails de cette opération, réalisée en conditions opérationnelles réelles, ont été rendus publics le 10 novembre, quasiment un mois après les essais.


Différents types de drones cibles


Selon les industriels, le système laser, baptisé Helma-P, est capable de neutraliser en quelques secondes des cibles en vol situées jusqu’à 1 kilomètre de distance. "Tous les tirs ont permis de détruire systématiquement les drones pouvant évoluer à des vitesses supérieures à 50 km/h et dans des conditions de poursuite de cibles difficiles", précisent-ils. Différents types de drones ont servi de cibles.


Arianegroup et Cilas présentent leur système comme une rupture technologique, "une solution ultime de neutralisation" au profit des forces armées et des forces de sécurité intérieure, complémentaire des autres solutions anti-drones.


Une arme à part entière


Différents scénarios d’usage sont déjà envisagés : sécuriser des grands événements sur le territoire national, protéger des sites sensibles, sécuriser un convoi, mener des opérations militaires… Au-delà de la lutte anti-drone, les armées envisagent également de s’en servir comme une arme à part entière, capable de faire des dégâts dans les infrastructures de l’adversaire. Ce système installé sur trépied, existe en version portable, intégré sur un véhicule. Ce nouveau dispositif doit pouvoir également neutraliser une grande variété de menaces : roquettes, artillerie, mortier…


De futures campagnes de tirs en 2020 et en 2021


Des essais supplémentaires sont programmés à Biscarosse, afin de caractériser totalement les performances du système en terme de portée et selon différents scénarios. Les prochaines campagnes de tirs porteront sur des nouveaux types de drones évoluant à plusieurs centaines de mètres d'altitude. Au total, les essais s’étendront sur cinq semaines programmées entre 2020 et 2021.


Le développement de cette arme anti-drone a bénéficié du soutien financier de l’agence d’innovation de Défense, de la région Centre-Val de Loire et d’ArianeGroup. Basée à Orléans, Cilas compte 280 salariés pour un chiffre d’affaires de 47 millions d’euros en 2018.

5 vues0 commentaire